Communiqué de l’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte (AOCTS) – Octobre 2019

Posted by Admin | ACOHL,Documents | Tuesday 22 October 2019 10:47 am

.

Communiqué

Les Ordinaires Catholiques de Terre Sainte (AOCTS) se sont réunis en assemblée plénière les 8-9 octobre 2019 à Jérusalem, dans les locaux du Christian Information Center de la Custodie de Terre Sainte, récemment rénové. S.Exc. le Pro-Président, Mgr Moussa El-Hage a souhaité la bienvenue à tous les 20 participants présents, sans oublier les Représentants Pontificaux, et à Mgr Joseph Matta, archevêque de Galilée pour les Grecs Melkites qui assiste aux réunions de l’AOCTS pour la première fois. Les nouveaux arrivés au sein de l’Assemblée ont été chaleureusement invités à apporter de nouvelles idées et à travailler avec enthousiasme pour le bien de l’Eglise. Le Nonce Apostolique en Jordanie, Mgr Alberto Ortega Martin, qui vient d’être nommé nonce au Chili, et l’Exarque Syriac-catholique, Mgr Grégoire Pierre Melki, ont été remerciés pour leur service pastoral et diplomatique, leur fraternité partagée et simplicité de vie, pendant 5 ans et 17 ans de leur participation aux réunions de l’AOCTS.

Le mercredi matin, les Ordinaires Catholiques ont concélébré l’Eucharistie sur le Mont du Calvaire. C’était un moment spirituel fort et intense. Aux pieds de la Croix, les Evêques ont prié pour les personnes souffrantes de leurs diocèses et offert au Seigneur leur préoccupations et difficultés. « Entre tes mains, Seigneur… ».

Trois mots peuvent résumer les thèmes mis à l’ordre du jour : s’accueillir en frères, respecter l’autre dans sa dignité, savoir vivre autrement.

1) S’accueillir en frères. P. Rafic Nahra a présenté le thème Formation intégrale des migrants. La présence de migrants en Jordanie, Israël et Chypre est importante. Ils sont environ 250.000 dont environ la moitié est chrétienne. Ces migrants font face à de nombreux problèmes légaux, sociaux, économiques et d’éducation des enfants ; ils sont parfois soumis à des formes d’esclavage et même forcés de choisir la prostitution come moyen de subsistance, sans oublier les demandeurs d’asile qui, en fuyant leur terre, se trouvent exposés à la violence, au viol, à l’enlèvement.

L’Eglise, catholique (c’est à dire universelle) par nature et dans sa mission, a le devoir d’éduquer le regard et le cœur de ses fidèles, qui forment les paroisses et les communautés, à voir dans l’autre l’image de Dieu, et à vivre en frères dans le Christ. Aux groupes des chrétiens migrants, il est demandé de s’ouvrir à une nouvelle culture sans s’isoler et s’éloigner. Cet accueil devient une richesse et une opportunité de croissance s’il est engendré par la foi, soutenu par un amour vrai, et nourri par l’espérance.

2) Respecter l’autre dans sa dignité. Après un long processus de préparation, les Ordinaires ont lu et apporté les dernières retouches au texte permettant de définir un Code Ethique (= Code of Conduct) pour les lieux de vie et de travail gérés par l’Eglise. Toute personne a le droit d’être respectée et le devoir de respecter l’autre dans sa dignité. Tout acte humiliant, toute parole offensante, toute tentative de violence sont à proscrire. Nos institutions diocésaines, paroissiales, religieuses doivent briller par le témoignage des valeurs humaines et religieuses qui sauvegardent et assurent la croissance de la personne humaine.

Le Code Ethique de l’Eglise Catholique, une fois publié et distribué, servira de base pour pouvoir rédiger un Code de Conduite adapté à chacune des institutions catholiques. Cela n’est pas une option, mais bien une obligation.

3) Savoir vivre autrement. Le P. George Kraj a présenté le thème : L’autosuffisance aux racines du Cléricalisme. L’Eglise n’est pas une élite, le cléricalisme est une caricature de la vocation. Les expériences d’abus de toute sorte, d’autorité mal exercée et les comportements non conformes à la vocation reçue, ont aidé à réfléchir sur notre cohérence de vie pas conforme. Prendre pour point de départ la vocation reçue, amène à réfléchir sur notre cohérence de vie sacerdotale, sur notre dignité et vocation baptismale, et sur la mission de l’Église qui est d’être au service de la communion entre et avec tous. Pour vivre autrement, il est indispensable de se demander : Où se trouve le centre de ma vie ?

Les idées surgies du partage, seront l’objet de réflexion aux cours des réunions de formation des prêtres, diocésains et religieux. Savoir vivre autrement demande du courage, mais c’est l’unique façon d’être des témoins crédibles.

Les Ordinaires ont pris en considération le rapport sur le curriculum palestinien imposé dans les écoles. Dans les livres de classe, l’on trouve des affirmations et des insinuations qui peuvent être mal comprises et conduire au fanatisme et à l’exclusivisme. Puisque cela ne reflète pas la position politique de l’Etat de Palestine, les Ordinaires Catholiques mettent la question entre les mains du Secrétariat pour les écoles chrétiennes qui suivra l’affaire.

Décisions

1. Les Ordinaires Catholiques remercient le P. Iyad Twal pour son service au secrétariat des écoles chrétiennes de Jérusalem et Palestine. Le nouveau secrétaire général est le P. Jamal Khader.

2. Les sessions de formation permanente du clergé sont laissées à l’initiative de chaque Ordinaire du lieu.

3. Le thème, objet d’étude de la prochaine réunion plénière, touchera un problème aux dimensions théologiques, ecclésiales et pastorales : l’admission aux sacrements des fidèles non-catholiques. Par souci d’irénisme et parfois pour avoir la paix, on tolère trop souvent des erreurs graves et inacceptables.

4. La prochaine assemblée plénière aura lieu le 10-11 mars 2020.

Jérusalem, le 14 octobre 2019